Repetier sous Mageia – Suite des aventures en pantoufle de manchot.

Posted by & filed under .

Tadaaaa! Me revoilà !

Nan, je déconne, j’ai sacrifié un dimanche de Travail et mon associé attend un design pour pouvoir répondre à un bon client -_-. (VTFF Chronos ! VTFFBP*)

Point de départ :

Donc histoire de suivre mon intuition comme d’hab, j’ai décidé de mettre de côté Ubuntu un petit peu de revenir à Mandri… quoi ? la boutique à pris feu et ça s’appelle Mageia ?!

Oui…. moi aussi j’ai essayé d’installer une mandriva en 2010 et je suis parti chez Ubuntu. Le retour sur Mageia et KDE sont agréables. Je retrouve le côté oldschool du rendu Mandrake que j’avais bien aimé en 2008 (avant d’échouer lamentablement sur un make file de driver ATI)

bref, là je viens seulement de finir de configurer l’apparence. Ouai… faut se sentir bien chez soit. Et j’espère que ça vous plaira car ce sera peut être la machine virtuelle qui sera distribué avec nos kits !

Avant d’attaquer, je rappelle que j’ai écris deux articles sur comment qu’on (si t’arrives pas a lire « comment qu’on », dis le a haute voix ça passe mieux et tu verras que c’est un effet d’humour**)

http://www.jpsphere.fr/blog/demarrage-reprap-sous-linux/

http://www.jpsphere.fr/blog/suite-reprap-sous-linuxubuntu/

Il y a quand même quelques infos que j’avais d’ailleurs oubliées.

Go dl repetier-host and put it in da Mageia !

Traduction : télécharge Repetier host et l’enfonce la dans ta Mageia (poliment… quand même)

http://www.repetier.com/download/  on télécharge !

On ouvre un terminal (ça se prononce Konsole sous Mageia)

Rendez vous là où se trouve l’archive de repetier Host pour Linux. Rappel pour les nouveaux : la touche avec deux flèches à gauche du « A », ca fait un truc magique nommé complétion. tu tapes le début de ce que tu veux, et PAN un coup des deux flèches qui se trouveront jamais et ça complète tout seul le reste.

Oui, c’est pas clair… un exemple donc :

tu est tranquille à ta maison, à 3h du mat’ et tu décides de lancer un « ptit film kivabien » en depuis le terminal. Mettons, t’as un dossier /Nadia_prend_un_bon_gros_cone_vanille_avec_deux_boules_chocolat dans lequel se trouve le précieux film parmi « Nadia aime la chantilly » « nadia prend le cone » et « nadia découvre la crème cachée dans les boules chocolat ». Dur choix.

Bon, et bien dans votre terminal, vous avez fait « cd film_de_boules » et vous devez ouvrir (non pas Nadia ! toi tu sors gros dégueulasse !) le bon dossier.

Tapez cd « Nad » et taper un coup sur tabulation (oui…. les deux flèches -_- » mais de quoi qu’on cause depuis tout à l’heure ?! faut suivre !) et voila, tout le nom de dossier apparaît.

Sorti de ma métaphore gastronomique, vous verrez que cela rend le terminal bien plus rapide que n’importe quoi d’autre. De quoi rentrer tout de suite dans l’amour du libre.

 

Vous arrivez donc dans un dossier de votre choix du genre Repetier

faites :

 

[code language= »bash »]
tar -xzf repetierHostLinux_1_03.tgz
cd RepetierHost
sh configureFirst.sh
[/code]

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *